Partage de ressources – À la recherche de l’underground

 

Ce n’est, à ce stade, un secret pour personne que je suis une grande fan de l’équipe de Cases Rebelles. J’ai déjà recommandé leur podcast et site internet je ne sais combien de fois sur ce site MAIS aujourd’hui est un peu différent puisque je recommande un article qu’iels ont certes rédigé mais pour le site Ballast. Du coup j’en profite pour vous faire découvrir BALLAST via leur collaboration.

Résumé : L’Underground Railroad — ou Chemin de fer clandestin — était un réseau de routes, de points de rencontre et de lieux sécurisés que les esclaves en fuite empruntaient, par petits groupes, traqués, aux États-Unis afin de franchir la ligne de démarcation entre les États abolitionnistes du Nord et les États esclavagistes du Sud ou de gagner le CanadaC’est aussi, depuis 2016, le nom d’une série télévisée américaine en vingt épisodes, Underground, tournée en Louisiane. Le collectif « panafrorévolutionnaire » Cases Rebelles, créé en France six ans plus tôt, s’intéresse ici à la récupération des luttes d’émancipation noires américaines. Une Histoire et une mémoire en héritage à même d’esquisser « les contours d’un anarchisme noir, urgent et viscéral ».

L’article au complet à lire ici : BALLAST 

Capture d’écran, le 2019-07-21 à 09.01.10

 

Publicités

Partage de ressources :

Passage très rapide aujourd’hui pour repartager un lien vers l’article sur les soeurs Nardal, publié sur Nofi.fr rédigé par Sandro Capo Chichi.

Les soeurs Nardal, précurseuses de la négritude 

L’histoire des soeurs Nardal, ainsi que l’invisibilisation de leur travail dans le développement de la négritude, est symptomatique de la manière dont l’Histoire traite le travail des femmes noires en général. Il nous revient au quotidien de lutter contre cet effacement systémique.

Capture d’écran, le 2019-07-16 à 17.10.18

PS : Durant l’été, j’essaierai au maximum de repartager articles, vidéos, podcasts, chroniques etc que je trouve pertinents et en français. (Je consomme plus de médias en anglais mais je vais tenter de trouver plus de matières en français).

5 plateformes à rajouter dans vos favoris

Artiste de l’image en une de l’article :  Yeko Creative / compte instagram 

Une grosses majorité de mes ressources préférées sont en anglais (j’aborderai l’enjeu de la langue comme outil colonial dans une chronique un de ces jours car il y a énormément de choses à dire et lire sur le sujet ! ) mais quelques pépites incontournables sont francophones. Voici une liste de 5 plateformes à découvrir (si ce n’est pas déjà fait), consulter en long, en large et en travers, s’y abonner et (re)partager !

(Je précise qu’il existe, bien sûr, bien d’autres plateformes / sites / blogs / chaînes youtube / podcasts etc que j’adore et qui sont en français, mais l’article serait vraiment trop long si je devais tout lister. Aussi on commence par 5 et puis, petit à petit, je partagerai tout le reste.) 

Tout d’abord, la ressource numéro 1 ! Celle qui m’a donné envie de commencer ce site, qui me sert de boussole, d’inspiration, de professeur.e.s, de guides et de bible : Cases Rebelles !

Capture d’écran, le 2018-11-06 à 10.40.40.png

Extrait de leur présentation : Cases Rebelles est un collectif politique de femmes et d’hommes noir-e-s, africain-e-s et caribéen-ne-s. Il existe depuis Janvier 2010. L’une de nos principales activités est la web-émission radiophonique mensuelle du même nom. Mais nous produisons aussi des écrits et d’autres réalisations. Et nous faisons aussi d’autres choses.
Tout ce qui est produit par Cases Rebelles est en usage libre mais nous préférons être averti-e-s quand des extraits, radios ou écrits, sont diffusés. Nous souhaitons également que les personnes, groupes, usant d’extraits de Cases Rebelles questionnent grandement la pertinence et la sincérité de leur démarche.
C’est une évidence que les cultures noires ont été et sont régulièrement instrumentalisées, pillées, appropriées, détournées. »

 

Deuxième ressource à valoir le détour : La Toile d’Alma

Capture d_écran, le 2018-11-06 à 11.27.24

J’ai la chance de connaître celle derrière ce site et (en plus d’être une militante afroféministe passionnée et passionante) elle fait un superbe travail avec la Toile d’Alma! Son site est une mine d’or. Elle est hyper polyvalente et du coup elle utilise différents formats comme les vidéos, la photographie, l’art, l’écriture etc pour permettre au plus grand nombre d’y trouver son compte. En plus elle fait un travail d’archivage à faire saliver le lectorat intéressé !

Présentation sur son site :

Assurément afroféministe,

politiquement noire et anti-impérialiste.

Trentenaire précaire de carrière,

Incorrigible idéaliste.

 

Un des premiers sites que j’ai commencé à lire traitant de l’afroféminisme est celui de Mrs Roots.

Capture d_écran, le 2018-11-06 à 11.26.09

Elle a été ma porte d’entrée pour beaucoup de réflexions grâce à des articles fouillés, souvent sur des enjeux complexes mais qu’elle parvient à introduire et à rendre très facile à comprendre.

Présentation : En 2013, le blog Mrs Roots voit le jour. Son auteure crée celle-ci avec la volonté de trouver un espace où aborder les différentes ramifications de son identité, avant de découvrir et de s’affirmer dans son afroféminisme. Aujourd’hui auteure et blogueuse engagée, elle s’intéresse à la consolidation d’une littérature afropéenne et la visibilité des littératures afro; et anime différentes rencontres autour des thématiques abordées sur son site, en France et à l’étranger.

 

Probablement le site qui me fait constamment me remettre en question sur beaucoup d’enjeux est  le blog de de Jo Ao.

 

Capture d_écran, le 2018-11-06 à 11.30.37

 

Pan-africaniste ressortissant de la Guadeloupe, il a une approche afroféministe des luttes de classe qui clash parfois avec ce que je crois savoir (ou même avec mes propres convictions, ce qui en soit devient un challenge à mieux travailler et/ou comprendre les enjeux de lutte, l’approche à utiliser ou encore les outils à développer, etc pour pouvoir argumenter également.)

Cela peut arriver que ses dossiers/articles demandent une certaine pré-connaissance (comme par exemple connaître un peu les théories marxistes) pour pleinement suivre son argumentaire. Mais, cela pousse à mieux se renseigner, continuer de lire, d’apprendre, avant de revenir à son travail! Parce que son travail mérite d’être lu et partagé et surtout compris.

D’autant plus qu’il replace continuellement l’approche anti-colonialiste au centre du militantisme ce qui manque souvent dans beaucoup d’analyses que l’on peut lire ailleurs.

En somme, je trouve ses interventions hyper pertinentes et son blog est probablement celui que cite le plus dans mes ressources de chronique sur neoquebec.

 

Dernière plateforme mais pas des moindres celle de MWASI  ! Je dis plateforme car je suggère fortement de ne pas s’en tenir qu’au site mais de suivre également leur page FB, leur compte twitter et en général leurs activités.

 

Capture d_écran, le 2018-11-06 à 11.48.36

 

Un extrait de leur présentation vaut mille mots sur pourquoi il est impératif de les suivre mais également de les soutenir :

MWASI est collectif afroféministe qui s’inscrit dans les luttes de libération – révolutionnaire. Nous nous organisons en non-mixité en genre et en race, c’est à dire : ouvert aux femmes et aux personnes assignées femmes, noires et métisses.

Notre afroféminisme est une réponse politique et collective au système raciste, hétéro-patriarcal et capitaliste, s’inscrivant dans l’histoire et les héritages des femmes et féministes noires ayant mené des luttes pour l’émancipation et la libération, ceci en contribuant de manière importante à la construction de la pensée féministe que ce soit en France, en Afrique subsaharienne, dans les Caraïbes ou dans la diaspora afro. Le collectif Mwasi n’est et ne sera jamais adossé à un quelconque parti politique qui, tous autant qu’ils sont, soutiennent et perpétuent le système raciste, colonial, impérialiste et patriarcal. Nous nous inscrivons dans un afroféminisme de combat, qui vise au changement radical de la société par la lutte collective.

 

Et voilà, c’est un début.

Prochaines recommendations à venir.